Catégories
Uncategorized

Télévision à la demande et banques en ligne : deux exemples d’amélioration de l’expérience utilisateur.

La transformation numérique des entreprises a souvent pour effet induit des améliorations de l’expérience utilisateur.

L’utilisateur de l’ outil numérique, qu’il soit collaborateur d’une entreprise ou d’une institution, ou bien encore aussi citoyen et consommateur, mérite bien des égards. Aussi, le secteur du logiciel et de l’informatique s’investit afin qu’au-delà des fonctionnalités qui sont proposées à l’utilisateur, une expérience plus simple, plus fluide, plus agréable, voire ludique lui soit offerte.

Développons cela avec l’exemple de la télévision à la demande.

Pour commencer, quelques chiffres (source médiamétrie): en 2021, le CSP+ regarde en moyenne la télévision 2h56 chaque jour; chaque jour, en 2022, plusieurs millions de Français sont devant leur « petit écran ».

« Petit écran » est devenu « grand », et , avec la transformation numérique des diffuseurs et des téléviseurs, les utilisateurs -téléspectateurs- bénéficient d’une expérience plus confortable et plus maitrisée.

Le téléviseur est numérique: doté d’un OS (android ou autre), il est sous le contrôle, plus que jamais, de l’utilisateur. L’utilisateur ne choisit plus non seulement le programme, mais aussi la temporalité de celui- ci grâce à ce qui est courant de dénommer désormais « la télévision à la demande« .

Notez-bien que le terme utilisateur désigne dans le jargon de l’informaticien ce que d’autres appellent usager, client, téléspectateur, citoyen, habitant etc.

La « télévision à la demande » constitue donc, à mon sens, une avancée majeure -via la transformation numérique- vers la liberté individuelle. 24 h sur 24, 7 jours sur sept, l’utilisateur est désormais libre de sélectionner son programme télévisuel. Il peut maintenant de plus interrompre, reprendre, revisionner, enregistrer, bénéficier d’une description écrite de son programme avant de décider d’y investir son temps. Grâce au choix des applications gratuites sur son téléviseur android connecté, qu’il télécharge via l’internet, il peut à tout moment s’informer, se divertir, travailler, se former, se cultiver dans tous les domaines : documentaires et reportages, cinéma, séries et fictions, information et société, histoire, voyages et découvertes, Sciences, culture et pop pour n’en citer que quelques uns …

Bon nombre d’intellectuels s’expriment -depuis son invention- sur le caractère potentiellement aliénant de la télévision sur le téléspectateur, avec son cortège de publicités, de simplifications, d’outrances, d’addictions perpétrées. Il n’en demeure pas moins vrai que les chiffres parlent d’eux-mêmes: sociologiquement, la télévision occupe toujours une place importante dans nos vies, en 2022.

Mais la donne a changé: le téléspectateur peut reprendre le contrôle, dans son intérêt, avec la télévision à la demande.

°°°

Un autre changement majeur s’opère de nos jours dans le domaine de la Banque. Naguère, l’agence bancaire était un endroit géographiquement localisé, ultra-sécurisé, incontournable, aux horaires intangibles, au personnel plus ou moins disponible et compétent, plus ou moins transparent. En bref, la gestion de nos avoirs dépendaient fortement de l’agence bancaire et de son cortège de contraintes. Quant au pouvoir du banquier sur son client, il était important aussi pour de mauvaises raisons: lenteurs induites, autorité, manque de souplesse.

La transformation numérique des entreprises est en marche ; nous pouvons de nos jours, via l’internet sécurisé, être plus autonome et plus libre, dans nos relations avec la Banque. Consulter ses comptes, encaisser de l’argent, effectuer des virements, procéder à des arbitrages, épargner, accéder à la documentation, emprunter, choisir d’avoir plusieurs banques, est rendu possible depuis chez soi ou depuis tout lieu donnant un accès à internet, en quelques clics et écrits numériques bien pensés.

Allons plus loin et plus vite dans la réflexion et projetons-nous dans l’avenir: l’émergence des cryptomonnaies induit l’atténuation potentielle du rôle de ce tiers de confiance qu’est la Banque. Certains pensent que les technologies informatiques dont la blockchain permettront à l’avenir d’envisager à large échelle tout commerce licite sans que la Banque ne soit nécessaire…

Catégories
Uncategorized

ROI et NPV (retour sur investissement et net present value)

   Le retour sur investissement (ROI: return on investment, retour sur investissement) est un calcul visant à démontrer, qu’après un certain temps, l’investissement que vous réalisez va vous rapporter beaucoup plus que ce que vous dépensez.

Pour le quantifier, trois principales entités entrent en jeu:

  • le facteur temps
  • le montant de l’investissement
  • le gain réalisé

Le gain réalisé

Le gain réalisé correspond aux économies que vous allez réaliser grâce à votre investissement: il peut s’agir d’un gain en productivité, d’une réduction des dépenses et achats, d’une augmentation de vos ventes rentables.

Par exemple , un logiciel peut vous permettre de passer deux fois moins de temps sur une activité. Le coût de votre activité est donc réduit de moitié dès que vous êtes formés et l’utilisez. Ou encore, un progiciel permet de réduire de 10% les temps de coordination d’une équipe de 100 personnes (*). Alors, chaque personne dégage 1 dixième de son temps pour ses activités principales. L’économie réalisée correspond au travail à temps plein de 10 personnes, qui peuvent dès lors se concentrer pleinement sur leur cœur de métier.

L’investissement

Le montant de l’investissement peut se décomposer en deux principaux paramètres : le CAPEX (coût ponctuel) et l’OPEX (coût récurrent). Par exemple si on achète un logiciel 100 000 € en CAPEX, on aura un OPEX de 20 000 € par an au titre de la maintenance évolutive, corrective, et du support qui est proposé. Ou encore si on loue un logiciel 5 000 € par mois (SaaS), maintenance et support inclus, il n’y a pas de CAPEX. Enfin si on achète un meuble neuf, il n’y a quasiment pas d’OPEX (hormis le temps que l’on passera à l’entretenir).

Le facteur temps

L’échelle de temps est ponctuée par le lancement du projet et le point mort, comme l’illustre le schéma ci-dessous:

Jean-Michel Lucas 18 mai 2018 ROI et NPV

A inflation nulle, le retour sur investissement (ROI) commence donc à opérer après le point mort, c’est à dire le moment d’équilibre entre l’argent investi et les économies réalisées.

Quant au NPV (net present value), il s’agit simplement de se dire: en cas de statut quo, donc si vous retardez votre investissement, vous décalez le point mort et décalez donc d’autant l’encaissement des gains nets cumulés réalisables.

Jean-Michel Lucas

©2018-2024

(*) lire mon article : Tableurs, solution durable ?

« Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. »
Jean de La Fontaine